J8 – mardi 19 avril – Sabunike / Drage

Le vent a encore soufflé fort cette nuit mais j’ai quand même roupillé comme un bienheureux. A 8h30, je prends ma route en direction de Zadar. Je retrouve l’EV8 qui emprunte une belle piste cyclable en bordure de route. Je trouve même une station d’entretien vélo où j’en profite pour vérifier la pression de mes pneus.

Puis je longe la côte avant de rentrer dans la périphérie de Zadar à la recherche de Décathlon. J’y achète une paire de pédales automatiques et un nouveau compteur et je remonte le tout avant de retrouver Adrien dans le centre. Nous buvons un café en papotant un moment avant de nous séparer. Lui restera ici quelques jours en attendant un ami. Belle rencontre d’une belle personne. J’espère à bientôt Adrien …

Je pars ensuite me balader à l’intérieur de la vieille ville fortifiée, casser la croûte et boire un autre café (avec de la wifi qui fonctionne correctement) avant de reprendre ma route vers le sud.

A défaut de retrouver l’EV8, je reprends la route 8 qui longe la côte. Je traverse de petites stations balnéaires qui semblent toutes à l’abandon. Campings, hôtels, commerces. Tout est pratiquement fermé. De plus, le ciel couvert amplifie cette impression de tristesse. La côte est déchiquetée et les rares plages sont de galets. Enfin, l’horizon est barré par une des ces nombreuses îles parallèles au continent. Cette fois-ci, il s’agit de l’île de Ugljan.

Alors que je traverse une de ces stations balnéaires, je tombe sur une station de lavage. Je vais en profiter pour passer un coup de jet à mon destrier recouvert de sel suite aux traversées mouvementées sur les ferries. La jeune gérante de cette station me laisse le jet gratuitement alors qu’elle finissait de nettoyer mon aire de lavage. Sympa. Mon destrier frétille de contentement entre ses pédales neuves et sa belle robe noire retrouvée.

A Pakostane, alors que j’ai retrouvé l’itinéraire EV8, il me faut choisir entre l’itinéraire à l’ouest du grand lac intérieur Vrana ou celui à l’est. Je pars pour l’est et me retrouve sur une charmante route qui serpente dans un parc national avec de nombreuses parcelles donnant sur le lac. L’heure avançant, je sors mes antennes pour dénicher un coin où bivouaquer.

Finalement, je trouve un chemin qui descend sur le front du lac avec des tables de pique-nique. Il est interdit de camper, faire du feu, laisser son destrier en liberté, emmerder ses voisins, … « Liberté, liberté chérie ». Ce sera parfait pour ce soir. D’autant plus que je suis à l’abri du vent. Il y a juste une voiture occupée par un père et son fils, chacun sur son écran, qui m’empêche de planter mon bivouac. Je vais attendre leur départ avant de m’installer. On n’est jamais trop prudent …

Lac Vrana

Résumé : 75kms, 4h25, 17km/h, couvert, bivouac

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :