J31 – vendredi 30 décembre – arnaque à Chiang Mai

Alors que j’essaie de dormir malgré les nombreuses secousses et soubresauts provoquées par le mauvais état de la route, le bus s’arrête devant un méga restaurant. Tout le monde descend ! Il est 1h30 du mat’. Je prends une boisson sucrée et quelques gâteaux que je mange en marchant à l’extérieur. La température a sacrément baissé. A 2h00, nous reprenons la route en direction de Chang Mai. Vers 8h30, nous arrivons enfin au terminal avec plus de 2 heures de retard après cette longue nuit au sommeil haché et quelques arrêts pour déposer des passagers. Il est 8h30. Je prends un tuk-tuk pour me déposer à l’adresse indiquée sur ma réservation Airbnb. J’ai hâte de prendre une bonne douche et de me changer.

Comme il est encore tôt et qu’il est prévu que j’arrive en milieu de matinée, je me pose dans un café. Vers 10h00, je prends mes cliques et mes claques (en l’occurrence mon gros sac et mon petit camel-bag) et pars à la recherche du 21 Thanon Chang Khian dont mon GPS m’indique la proximité. Je remonte la rue dans un sens puis dans l’autre. Je rentre dans une maison où un chien monte la garde. Mon GPS pointe dessus mais c’est le n° 91 et la propriétaire ne connaît pas le 21. Je retourne au café Thursdae, demande au serveur qui consulte à son tour son GPS, me dit qu’il ne connaît pas d’hébergement dans le coin. Je renvoie un message via le site Airbnb mais toujours aucune réponse. Ce n’est pas possible cette affaire !

Finalement, je décide de rejoindre le fiston dans le centre pour qu’il me donne son avis. Je laisse mon gros sac au café et pars à pied. Comme je suis amené à traverser le parc où se trouve le vieux temple bouddhiste Wat Chet Yot construit en brique, j’en profite pour le visiter.

Mais le temps passe et j’ai encore de la route à tailler. Je décide de réserver un scooter-taxi via l’application inDrive. Pour 53B, le jeune pilote me dépose, après quelques frayeurs, devant le restau où le fiston et son pote déjeunent. Je lui explique la problématique. Il trouve, sur ma réservation Airbnb, le numéro et l’adresse de la propriétaire. Il appelle, commence à parler en anglais mais ça raccroche. Nous n’arriverons plus à joindre ce numéro. Nous décidons de partir en Grab à l’adresse de l’hôtel Audi Coffitel où cette Sonya est sensée habiter. Arrivés sur place, nous ne pouvons que déchanter à la découverte d’un champ transformé en dépotoir. On dirait bien que je suis tombé sur une arnaque !!!

Entre-temps, le fiston m’a pré-réservé un lit dans le dortoir d’un hôtel en plein centre. Comme c’est très compliqué de trouver un hébergement en cette période de fin d’année, au moins je ne dormirais pas sous les ponts. Je laisse les gars partir à droite visiter des espaces de co-working alors que, de mon côté, je file à gauche pour rechercher mon sac au café. Le jeune patron, aux cheveux teints en blond et avec qui j’avais discuté de ce matin, semble sincèrement désolé de ma situation. Il y a pire mais c’est vrai que c’est assez déstabilisant. Heureusement que je suis arrivé ce matin et pas en fin de journée. Je réserve un nouveau chauffeur inDrive pour me conduire à mon nouvel hébergement. En l’attendant, je regarde de jeunes moines bouddhistes en train d’installer une scène.

Le Loyy hotel est un hôtel moderne de 9 étages situé à quelques encâblures de l’ancienne ville fortifiée qui forme un carré parfait de 1,5kms de côté et est entourée par un fossé. Après un passage à la réception quelque peu compliqué au vu du terrible accent anglais de la réceptionniste, je finis par récupérer mon badge pour accéder au 7é, non pas ciel hélas, mais étage. Je peux enfin poser mon sac, prendre une bonne douche et changer mes vêtements. Que c’est bon de se sentir comme un sou neuf !

De cet étage, la vue sur les montagnes avoisinantes, les toits des vieilles demeures ainsi que le temple bouddhiste Wat Loi Kroh, juste en face, est sympa.

Vu qu’il est encore tôt, je décide d’aller me balader dans le quartier. Pour le temple, ce n’est pas compliqué, il n’y a que la rue à traverser.

Puis je prends plein est tout droit jusqu’à la rivière Ping à 850 mètres de l’hôtel. Avec la rivière Pong (je plaisante ! c’est la rivière Nan), c’est un des deux affluents du fleuve Chao Phraya qui traverse Bangkok. Je m’arrête à une des nombreuses terrasses de café-restaurant sises le long. La vue est paisible sur les pêcheurs de coucher de soleil et la ville qui s’endort au loin …

Je rentre ensuite à l’hôtel et m’installe au 9é et dernier étage pour narrer cette épique journée qui m’aura vu emprunter un bus, un tuk-tuk, un scooter et deux voitures. Bonjour l’emprunte carbone …

En me connectant à la wifi de l’hôtel et téléchargeant l’Equipe, j’apprends que Pelé est décédé. J’en discutais avec Dédé pas plus tard qu’hier. Triste nouvelle pour les amoureux du foot. Le Roi est mort. Vive le Roi !

2 commentaires sur « J31 – vendredi 30 décembre – arnaque à Chiang Mai »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :