J102 – samedi 11 mars – Koh Tao / Koh Samui

Même scénario qu’hier. Je me sors de ma couche du dessus vers 7h45. Tout les jeunes roupillent encore. Je sors mes affaires préparées la veille dans le noir presque complet. Je télécharge mes journaux préférés. Puis je charge mes sacoches. Il est temps de quitter cet endroit où mon vélo paraît anachronique avec tous ces scooters. D’ailleurs, je n’en ai pas vu un seul pendant mes 2 jours sur cette île.

Dans un petit commerce déjà ouvert, je me prends un café, des brownies et de l’eau avant de me rendre sur la plage pour y déjeuner. À cette heure, quelques thaïs, assis sur une estrade, déjeunent avant d’aller bosser. Une joggeuse matinale profite de la température encore clémente. Une nageuse va faire trempette avant que les longtail taxis ne reprennent leur navette.

Après ce frugal p’tit’ déj’, j’emprunte la ruelle parallèle à la mer plutôt que la route côtière. Il n’y a pas grand monde par rapport au soir.

Peu avant 9h00, j’arrive au port. Je commence à faire la queue pour récupérer mon billet. Mais je m’aperçois vite que je ne suis pas dans la bonne compagnie. La mienne (Longserm) est sur un autre quai un peu plus loin. Je m’y rends. J’achète un ticket pour Haka2. Ils ne nous restent plus qu’à embarquer. A 9h30, le ferry largue les amarres. Adieu Koh Tao. J’aurais bien aimé te rencontrer quand nous étions plus jeunes. Tu devais avoir beaucoup moins de prétendants …

La traversée se passe sans encombre. Vers midi, nous accostons sur l’île de Koh Phangan dans le prot de Thong Sala. Je vois des passagers avec une étiquette bleue qui s’agglutine sur le pont arrière alors que je prends en photo ce charmant îlot de Than Sadet perdu entre le bleu du ciel et de la mer.

Finalement, même les étiquettes oranges descendent ici. Dont je. Nous changeons de bateau puis nous nous éloignons de l’île de Koh Phangan.

Quarante minutes plus tard, nous passons la pointe ouest de l’île de Koh Samui. Nous accostons au port de Nathon d’où je repartirai demain après-midi. Auparavant, je suis abordé par une femme curieuse de mon périple. C’est une canadienne d’Edmonton en Alberta où le fiston a bossé 6 mois. Elle est en congés avec sa fille. Je suis obligé de les laisser vu que je dois sortir en premier du ferry sur une passerelle quelque peu bancale et étroite.

Ensuite je file direct au guichet de la compagnie TheSeaHorseFerry pour vérifier ma réservation et demander l’heure d’arrivée. En effet, mon oncle et parrain Dédé doit me rejoindre à Sattahip pour m’éviter un aller-retour à Pattaya où je l’avais rencontré en décembre. Puis je m’arrête déjeuner dans une gargote. Le p’tit déj’ est loin et j’ai grave les crocs. Ensuite je prends la route qui longe la mer en remontant vers le nord. Sur les conseils du couple de parisien croisé hier, je me rends au temple de Wat Phra Yai pour y voir le Bouddha géant.

De la plateforme, la vue sur la baie et les monts baignés de soleil est superbe.

Je file ensuite quelques hectomètres plus loin visiter le temple de Wat Laem Suwannaram. Ce temple est hyper kitsch avec cette imitation de fleur de lotus posée sur l’eau …

… ses fresques murales d’art figuratif,

… et les autres monuments du même tonneau, certainement de bière vu l’embonpoint du Bouddha.

Quant à celui-ci, il faudrait que j’étudie tous les symboles tenus dans ces 18 bras et mains.

Comme il est 16h, je m’octroie une pause café glacé dans un bar à l’intérieur de ce temple. Comme je suis branché sur Messenger avec Dédé, j’en profite pour appeler mon frangin Franck, ex-pâtissier-traiteur bientôt à la retraite, et sa femme Corinne, expert-comptable, revenus s’installer dans notre Anjou natale. Je profite également de cet arrêt au stand pour réserver une chambre dans une auberge de jeunesse au-dessous de l’aéroport. En effet, toutes les autres chambres vues sur mes sites de résa dépassent les 1.000THB. Je reprends ensuite la route vers le nord de l’île. J’y double les sept nains qui rentrent du boulot. Le septième, Simplet, quelque peu à la masse, en porte justement une grosse. Il est quelque peu à la traîne.

J’arrive dans la jolie baie de Choeng Mon au nord-ouest de cette île. Les resorts se font une sacré concurrence. Je me renseigne dans des hôtels moins huppés mais tout est complet. Décidément. Je vais ensuite faire un tour sur la plage. Un vendeur à la sauvette essaie de fourguer sa camelote aux nombreux touristes avachis sur des chaises longues ou se faisant masser la graisse.

Je n’ai plus qu’à rebrousser chemin et trouver mon hébergement. L’endroit est en bordure de route et de plage. Mon dortoir est spacieux. Mon lit est à nouveau celui du haut. Un balcon donne sur le front de mer. Cela me change du dortoir glauque et borgne de Koh Tao. Pourtant, le prix est deux fois moins élevé. Va comprendre Charles !

Après avoir pris une bonne douche, je file dare-dare à la plage pour admirer le coucher de soleil sur les monts.

Il est 18h15. Le jour tombe déjà. Je n’ai plus qu’à rentrer à mon auberge qui fait également restau. Ce soir, ce sera Pad Thai Chicken avec une Chang glacée. Par contre, cette nuit, je vais rater le Crunch. Fin de cette longue journée mi ferry, mi vélo.

2 réflexions sur “J102 – samedi 11 mars – Koh Tao / Koh Samui

Laisser un commentaire